top of page

L’odeur secrète des maladies: est-il possible de les sentir?

Sûrement vous êtes tous capables de détecter si vous êtes malades ou non. Si vous avez mal à la gorge, à la tête, vous toussez, vous avez le nez qui coule c’est près qu’évident vous avez de la grippe. Mais savez-vous que l’on peut détecter les maladies même avant qu’il y ait aucuns symptômes ? Oui, c’est vrai ! Il y a des animaux et même des êtres humains qui peuvent percevoir les maladies comme Parkinsons et cancer avant que votre médecin puisse demander des tests. Bien sûr cela ne veut pas dire que vous devez consulter votre chien avant votre docteur. Les test olfactifs (reliés aux odeurs) ne sont pas encore considéré valables. Mais il y a quand même des recherches faites pour développer ce domaine de la médecine. La plus récente exemple serait Joy Milne, la femme écossaise de 72 ans.


Photo prise de "theguardian.com" PA Media

Joy Milne ayant une condition génétique appelée « l’hyperosmie » qui cause les gens d’avoir un odorat aigu, avait premièrement remarqué le changement d’odeur de son mari 12 ans auparavant mais elle ne l’avait pas donné d’importance. Après, quand son mari a commencé à ressentir les symptômes comme les tremblements de mains et la lenteur des mouvements, ils sont allés chez le docteur pour apprendre qu’il avait de Parkinsons. Mais elle n'a pas fait le lien jusqu'à ce qu'elle visite un établissement pour les patients atteints de la maladie de Parkinson. Pendant sa première visite, elle a senti l’odeur à laquelle elle s’était habituée de son mari. Elle a immédiatement parlé avec les docteurs de son mari afin d’apprendre qu’elle avait fait une découverte : Elle pouvait sentir le Parkinsons ! Après sa découverte, elle a aidé aux chercheurs de l’Université de Manchester à créer un test pour détecter la maladie.


Photo prise de "theguardian.com" AP

Des chercheurs ont constaté que la maladie de Parkinson provoque effectivement une odeur spécifique. Selon eux, cette odeur est due à l'accumulation d'une sécrétion produite par la peau appelée « sébum » (sécrété par les glandes sébacées sous-cutanées reliées au système endocrinien), qui est densément localisée vers le cou, notamment sur le haut du dos des patients. Agissant sur cette information, les scientifiques ont développé un test pour détecter les personnes atteintes de la maladie de Parkinson avec un échantillon prélevé à l'aide de coton à l'arrière du cou. Ils ont fait une étude, dans laquelle un échantillon obtenu des patients atteints de la maladie de Parkinson et un autre obtenu de la groupe témoin sain ont été comparés avec une méthode simple et non invasive, et envoyés au laboratoire pour examen. En examinant ces échantillons de sébum, les chercheurs ont découvert que 500 des plus de 4 000 composés spécifiques étaient différents chez les patients atteints de la maladie de Parkinson par rapport au groupe sain. Les scientifiques avaient utilisé le pouvoir olfactif de Milne au début de l'étude et lui ont demandé de sentir les vêtements des personnes atteintes et non atteintes de la maladie de Parkinson. Milne a correctement identifié tous les patients atteints de la maladie de Parkinson.

© Copyright - University of Manchester

Ce test, qui peut être réalisé en trois minutes, a enthousiasmé les scientifiques. Ils ont exprimé être très proches de développer un test qui pourrait être utilisé dans les cliniques pour diagnostiquer la maladie de Parkinson. Aujourd’hui Milne travaille avec des scientifiques du monde entier pour savoir si elle peut utiliser son don pour détecter les autres maladies comme le cancer ou la tuberculose. Elle raconte qu’elle a déjà visité le Tanzanie pour faire des recherches sur la tuberculose et les États-Unis pour les recherches sur les différents types de cancers et qu’elle est heureuse d’avoir contribuer à ces travaux. Elle pense que ce n’est pas acceptable que les gens doivent attendre jusqu’ils ressentent des symptômes et les problèmes neurologiques car c’est trop tard pour les soigner.

Photo prise de "ScientificAmerican.com"

En fait la plupart des maladies ont des spécifiques odeurs, pas seulement les Parkinsons. Depuis les premiers jours de la science médicale, les gens ont lié certaines maladies à des odeurs spécifiques. Les médecins anciens avaient utilisé l’odeur de leurs patients pour les diagnostiquer. Et même si les docteurs modernes n’utilisent plus cette méthode, on peut encore distinguer certaines maladies par leurs odeurs. Par exemple les maladies trioïques sentent comme le pain cuit, diphtérie sucrée et les diabètes ont un arôme fruité de pommes en décomposition. Il a aussi été constaté que les humains sont également capables de détecter ceux qui se lancent actuellement dans une réponse immunitaire par une recherche dans laquelle les scientifiques avaient déclenché une réponse immunitaire en injectant aux participants une endotoxine. Leur odeur corporelle a de nouveau été échantillonnée, puis évaluée et notée. Par conséquent, les personnes malades sentaient pire – et plus elles étaient malades, plus leur odeur était mauvaise. On sait que l’odeur du corps est produite par la digestion des components chimiques par des bactéries. Donc quand il y a des pathogènes dans le système, l’odeur change naturellement .

Ce que le nez d’un humain peut détecter est limité donc c’est toujours difficile de diagnostiquer les maladies avec l’aide des humains. Mais les animaux ont un odorat beaucoup plus raffiné, en particulier les chiens. C’est la raison pour laquelle les canines sont parfois utilisés pour les recherches sur les cancers. Certains chiens trainés ont pu correctement détecter les tumeurs cérébrales et les cancers de poumons. Mais, ce n’est toujours pas un moyen effectif comparé aux techniques radiologiques. Donc dans le future proche les tests olfactifs ne seront probablement pas utilisés largement. Mais quand même les recherches faites avec l’aide de Joy Milne peuvent constituer une base concrète pour le développement de ce domaine. Les scientifiques vont continuer à travailler sur ce gens de test olfactifs. On souhaite que ce type de recherches peuvent aider les gens qui n’ont pas d’accès aux spécialistes ou les appareils radiologiques dans le futur.

Rédigé par: Irmak Üzüm

Edité par: Şevval Kalkan


Les sources utilisées

147 vues

Comentários


bottom of page